Le personnage

Le personnage est le point central d’un jeu de rôles. C’est lui que le joueur incarne, c’est lui qui agit dans l’histoire. Mais comment le définir ?

Informations générales

Les informations générales sont une vue gloable de ce qu’est le personnage. En réalité, tout le reste du sytème ne sert qu’à préciser ce qui est défini ici, et quelles mécaniques appliquer pour y jouer.

On y trouve donc la nature du personnage, et tout ce qui en découle : ses identités, sexe, âge, origine, occupation et son vécu.

Attributs

Un jeu de rôles sans chiffres, ça existe ? En réalité oui, mais pas celui-ci. Les attributs chiffrés qui tentent de définir le personnage par le pouvoir des nombres sont peu détaillés ici. Au-delà du pouvoir des chiffres il y a celui des mots : les attributs eux-mêmes. Et les mots dépendent de l’univers de jeu.

On y trouve douze attributs principaux chiffrés de 1 à 12, dont la liste dépend de l’univers ; et une poignée d’attributs calculés dont tous les détails dépendent de l’univers.

Le système de santé

La seule certitude dans la vie, c’est que l’on finit par mourir. C’est valable aussi pour les personnages, et c’est pour ça que les jeux de rôles BCA ont un système de santé.

Une représentation avec un système de grille y essaie d’équilibrer les différents types de personnages et niveaux de blessures, mais n’est pas conçue pour gérer efficacement une localisation précise.

Historiques, atouts et handicaps

Parce que les personnages, pas plus que les joueurs, ne sont une poignée de chiffres, les jeux de rôles BCA utilisent un système d’historiques, d’atouts et d’handicaps pour donner du vécu et du caractère aux personnages. Pour éviter les listes interminables, quelques historiques transverses (le métier, l’éducation, les loisirs) laissent la possibilité à un champ infini d’applications pratiques.

Créer un personnage

Pour pouvoir incarner un personnage, encore faut-il pouvoir le créer – et c’est le but de la section de création d’un personnage. Prévoyez une demi-heure.